Base de données IREDA


Retour à l'accueil

Français | English

origine.pdf (94.77 Ko) eng-origine.pdf (105.18 Ko)



5. Origine d'IREDA / Origin of IREDA

Racines lointaines

Le projet IREDA est l’aboutissement d’un long processus de réflexion sur l’observation démographique à travers les expériences de Francis Gendreau et de Françoise Gubry, deux démographes dont les parcours professionnels se sont plusieurs fois croisés.

Francis Gendreau, ancien démographe de l’Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer (ORSTOM), aujourd'hui Institut de Recherche pour le Développement (IRD), avait débuté sa carrière de chercheur à Madagascar où il avait réalisé divers projets de collecte démographique. Il fut le premier directeur de l’Institut de Formation et de Recherche Démographiques (IFORD) de Yaoundé, créé en 1972. Françoise Gubry enseigna la démographie à l’IFORD dans les années quatre-vingt. La formation théorique et pratique aux opérations de collecte y était et demeure un des points forts du programme de formation des étudiants.

 

Le GDA et le CEPED

Francis Gendreau et Françoise Gubry se retrouvèrent ensuite au Centre français sur la Population et le Développement (CEPED) créé en 1988, le premier comme directeur et la deuxième, après une formation complémentaire de documentaliste pour y monter le centre de documentation.

Le CEPED était l’héritier du Groupe de Démographie Africaine (GDA) aux travaux duquel Francis Gendreau avait participé entre 1965 et 1985. Le GDA, qui regroupait de manière informelle des chercheurs de l'Institut National d'Études Démographiques (INED), de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE), de l’ORSTOM et du Ministère français de la Coopération, avait accordé beaucoup d’importance aux thématiques liées à la collecte et à l’analyse des données démographiques et avait consacré de nombreuses publications à ces sujets. C’est ainsi que, parallèlement aux autres activités de recherche qui furent menées au CEPED, une grande attention continua à être portée à tout ce qui concerne les données démographiques. Les premières publications du CEPED ont d’ailleurs souvent concerné la collecte démographique et la diffusion des résultats.

Le centre de documentation du CEPED a été dépositaire des archives du GDA et de nombreux documents patiemment rassemblés par Pierre Cantrelle, démographe de l’IRD, qui concernaient diverses opérations démographiques, notamment les rapports imprimés des recensements africains.

Les ouvrages de ce centre de documentation, fermé en 2014, ont alimenté les collections de la bibliothèque de l’INED, fondue maintenant dans le Grand Équipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet, et la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC). Le catalogue bibliographique fut consultable en ligne de 2001 à 2014, ainsi que celui des documents techniques qui forment la "collection de formulaires" (dorénavant archivée au GED Condorcet). Ces divers documents (questionnaires, manuels, bordereaux, etc.) ont fait l’objet d’une typologie adéquate et ont été classés par pays et par opération ; ce fonds spécifique bien documenté pour les opérations de collecte des pays africains francophones a permis de débuter une collaboration avec le projet IPUMS-International (Integrated Public Use Microdata Series, International) du Minnesota Population Center qui s’attache à préserver et rendre comparables les microdonnées des recensements du monde entier.

 

La création d'IREDA

Les 7e Journées scientifiques du Réseau Démographie de l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) ont été l’occasion de valoriser toute cette expérience et ce sont elles qui ont été le facteur déclenchant du projet IREDA. En effet, ces Journées, qui se sont déroulées à l’Université Laval à Québec (Canada) en juin 2007, avaient pour thème Mémoires et démographie : regards croisés au Sud et au Nord. Elles se sont terminées par l’adoption de la Déclaration de Québec sur la sauvegarde et la mise en valeur des recensements africains.

Francis Gendreau et Françoise Gubry avaient rédigé ensemble pour ces Journées une communication faisant un état des lieux des grandes opérations démographiques nationales africaines intitulé "L’observation démographique en Afrique. Leçons du passé, perspectives d’avenir, préservation et valorisation des opérations". La préparation de cette communication leur avait permis de faire le constat que la simple liste datée des opérations démographiques nationales s’étant réellement déroulées n’était pas aisée à établir et qu’il était aussi relativement rare de trouver des informations démographiques précises remontant au-delà des dix dernières années sur les sites Web des Instituts de statistique.

De l’association d’un chercheur-démographe et d’une documentaliste-démographe naquît alors un début de projet d’inventaire des opérations nationales démographiques africaines. Au départ, dans leur esprit, il s’agissait d’une liste validée des opérations qui ont réellement existé, avec leurs dates de collecte. Chaque opération devait être accompagnée de la liste des publications officielles, mais aussi de celle des travaux des chercheurs réalisés avec ces données statistiques. Beaucoup de ces documents étaient disponibles au centre de documentation du CEPED et d’autres chez ses partenaires qui sont également parties prenantes de cet inventaire. Ce projet a reçu le soutien de l’International Household Survey Network (IHSN) ainsi que d’autres organismes tels que l’INSEE, l’IRD, l’AUF et l'association "CESD-Statisticiens pour le Développement", ce qui lui a permis d’être plus ambitieux dans ses objectifs et de mieux s’intégrer avec les autres projets d’archivage de données statistiques.

La dynamique d’archivage des enquêtes statistiques en Afrique est dorénavant bien lancée dans les Instituts nationaux de statistiques et les banques de données internationales. Le projet IREDA s’arrête en 2020, avec la certitude qu’il a contribué à faire connaitre et à préserver des opérations démographiques anciennes en voie d’oubli, avec leurs documents associés.


Origin of IREDA

 

Distant root

The IREDA project is the result of a long process of reflection on demographic observation through the experiences of Francis Gendreau and Françoise Gubry, two demographers whose career paths have crossed several times.

Francis Gendreau, former demographer of the Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer (ORSTOM), now the Institut de Recherche pour le Developpement (IRD), began his research career in Madagascar where he carried out various demographic collection projects. He was the first director of the Institut de Formation et de Recherche Démographiques (IFORD) in Yaoundé, created in 1972. Françoise Gubry taught demography at IFORD in the 1980s. Theoretical and practical training in demographic collection operations was and remains one of the strong points of the students' training programme.

 

The GDA and CEPED

Francis Gendreau and Françoise Gubry then joined the Centre français sur la Population et le Développement (CEPED) created in 1988, the first as director and the second, after further training as a documentalist, to set up the library.

CEPED was the heir to the Groupe de Demographie Africaine (GDA) in the activities of which Francis Gendreau had participated between 1965 and 1985. The GDA, which informally brought together researchers from the French Institut National d’Etudes Demographique (INED), the French Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), ORSTOM and the French Ministry of Cooperation, had attached great importance to topics related to the collection and analysis of demographic data and had devoted numerous publications to these subjects. Thus, in parallel with other research activities carried out at CEPED, great attention continued to be paid to all matters relating to demographic data. CEPED first publications often concerned demographic data collection and dissemination of results.

>The CEPED library was the repository of the GDA archives and of many documents related to various demographic operations, such as printed reports of African censuses, which were carefully collected by Pierre Cantrelle, demographer of IRD.

The documents of this library, closed in 2014, have been added to the holdings of the library of INED, now merged into the Grand Equipement Documentaire (GED)of Campus Condorcet, and the Bibliotheque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC). The bibliographic catalogue was available online from 2001 to 2014, as well as the catalogue of technical documents that makes up the ‘collection of forms’ (now archived at the GED Condorcet). These various documents (questionnaires, manuals, slips, etc.) were subject to an adequate typology and were classified by country and by operation; These specific holdings, well documented for the collection operations of French-speaking African countries, has made it possible to start a collaboration with the IPUMS-International project (Integrated Public Use Microdata Series, International) of the Minnesota Population Center which endeavors to preserve and make comparable census microdata from around the world.

 

The creation of IREDA

The 7th Scientific Days of the Reseau Démographie of the AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) were an opportunity to enhance this experience and they were the triggering factor of the IREDA project. Indeed, the theme of these Days, which took place at Laval University in Quebec City (Canada) in June 2007, was Memories and demography: crossed glances in the South and in the North. They ended with the adoption of the Quebec City Declaration Regarding the Recognition, Protection and Development of African Censuses. Francis Gendreau and Françoise Gubry had written a joint paper for the Conference, inventorying the major national demographic operations in Africa, entitled ‘Demographic observation in Africa. Lessons from the past, prospects for the future, preservation and enhancement of the operations’. The preparation of this paper enabled them to realize that a simple list, with their date, of national demographic operations that had actually taken place, was not easy to establish and that it was also relatively difficult to find precise demographic information going back more than ten years on the websites of the statistical offices.

The dynamic of archiving statistical surveys in Africa is now well under way in National Statistical Offices and international databases. The IREDA project ends in 2020, with the certainty that it has contributed to publicize and preserve older demographic operations in the process of being forgotten, with their associated documents.



CEPED - Université de Paris - IRD, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris (France)
Tél. : +33 (0) 1 76 53 34 53 - Courriel : contact@ceped.org - http://www.ceped.org
acces admin