Base de données IREDA


Retour à l'accueil

Français | English

vue_d'ensemble.pdf (111.61 Ko) eng-overwiew.pdf (94.96 Ko)



2. Vue d'ensemble du projet IREDA / Overview of the IREDA project

Contexte

Si les États éprouvent depuis longtemps le besoin de compter leur population et de connaître leur dynamique, et s’ils ont investi pour cela des fonds considérables, ils ont accordé beaucoup moins d’intérêt à la préservation des résultats et certains fichiers ou documents sont devenus quasi-introuvables, y compris dans leur pays d’origine. Fort heureusement, la situation est en train de changer et la sauvegarde, la conservation et la valorisation des opérations de collecte font l'objet depuis quelques années d'initiatives grâce à une sensibilisation progressive et croissante à la notion de "patrimoine démographique".

 

Objectifs

IREDA s’inscrit dans cette dynamique avec pour objectif l’inventaire documenté des opérations de collecte démographique en Afrique grâce à une description synthétique et une information sur les ressources existantes, afin d’en favoriser l’accès, en vue de l’utilisation de ces données par le monde de la recherche et de leur valorisation dans une perspective comparative. Un tel inventaire documenté présente un intérêt à la fois pour les producteurs de données (valorisation de leur travail par une plus grande facilité d’accès) et pour les utilisateurs, notamment les chercheurs (facilitation de leur travail par la mise à disposition d’une information fiable et complète).

C'est un projet conjoint entre le CEPED (Unité mixte de recherche Université Paris Descartes - IRD) et le bureau Francis Gendreau Consultant. Au CEPED, il a été initié et coordonné par Françoise Gubry. Il a été lancé en 2008 et le site a été mis en ligne en février 2010.

 

Structure du projet

IREDA est une base de données décrivant les opérations avec leurs ressources associées ainsi qu’une archive ouverte OAI/PMH.

 

Champ temporel et géographique de l’inventaire IREDA

Cet inventaire part de la fin de la seconde guerre mondiale (depuis 1944, date du premier recensement d'après-guerre à Maurice) et couvre donc l’histoire statistique des pays africains. Il s'arrête au 31 décembre 2019. Les opérations n’y figurent qu’une fois exécutées sur le terrain.

Le champ géographique de la base IREDA est de vingt-trois pays, essentiellement des pays francophones au sud du Sahara, avec 382 opérations décrites : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Congo (R. D.), Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée Équatoriale, Madagascar, Mali, Maurice, Mauritanie, Niger, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Tchad, Togo.

 

Opérations retenues

Les opérations retenues sont les recensements et les enquêtes démographiques.

  • Pour les recensements, il s’agit des recensements de la population (et éventuellement de l’habitat ou des logements) au sens classique du terme. Figurent dans l’inventaire quelques recensements réalisés sur le terrain, mais "annulés" par la suite ou dont l’exploitation a été interrompue, le plus souvent pour des raisons politiques. Figurent aussi quelques "recensements administratifs" dits "améliorés", utilisés dans certains pays avant le premier "recensement statistique".
  • Pour les enquêtes, n’ont été retenues que celles auprès des ménages fournissant des données démographiques au sens traditionnel de l’analyse démographique (données d’état et/ou de mouvement). Ne figurent donc pas dans cette liste les enquêtes sur le budget et la consommation, le niveau et les conditions de vie, la main-d’œuvre, les connaissances, attitudes et pratiques (enquêtes CAP) sur la contraception ou le Sida, sauf si ces enquêtes fournissent aussi des données démographiques. Les "recensements par sondage" ("sample census") et les enquêtes post-censitaires figurent dans les enquêtes.

Dans les deux cas, les opérations retenues sont essentiellement des opérations nationales, c’est-à-dire ayant porté sur l’ensemble (ou la très grande majorité) du territoire et de la population ; toutefois, certaines opérations localisées anciennes (des années 1950 et 1960) ont été prises en compte en raison de leur intérêt historique (30 au total). Dans certains cas, ce caractère "national" est obtenu après agrégation de plusieurs opérations régionales proches dans le temps ; on parle alors d’opérations complexes.

 

Les ressources externes

Les ressources d’intérêt pour le projet sont l’ensemble des documents écrits ou numériques disponibles des phases pré- et post-collecte conçus par les producteurs des données comme par les chercheurs ayant utilisé les données. Chacune des opérations démographiques est accompagnée de nombreuses ressources en ligne ou qui sont numérisées dans la mesure du possible. Ces ressources concernent les rapports officiels et les documents techniques (questionnaires, manuels des enquêteurs, cartes, manuels de codification, documentation des bases de données, etc.), ainsi que les publications de recherche provenant des travaux des chercheurs ou de thèses d’étudiants. L’accent est mis sur les ressources des opérations anciennes, moins connues et moins accessibles. Les ressources identifiées pour les 23 pays décrits sont au nombre de 4 530, dont 3 050 sont consultables en texte intégral sur le site.

 

Bilan

IREDA se distingue des autres inventaires existants car il a une complétude meilleure, surtout pour les opérations anciennes et pour les enquêtes. En revanche, IREDA ne gère pas les microdonnées, mais indique les liens vers les sites les fournissant.

Dès sa conception, IREDA a été construit comme un projet devant s'intégrer harmonieusement parmi les initiatives prises dans ce domaine, et se situant en complémentarité (dans la mesure où il renvoie par des liens sur les autres sites), et non en concurrence avec elles. Il utilise des normes (DDI pour la description des opérations, Dublin Core pour celle des ressources) le rendant compatible avec la plupart des autres projets, de même qu'il est compatible avec les outils d'IHSN.

Dès son lancement, IREDA a collaboré avec de nombreux partenaires, notamment des centres démographiques d'Afrique francophone (IFORD, Yaoundé ; CEFORP, Cotonou ; ENSEA, Abidjan ; ISSP, Ouagadougou ; URD, Lomé) ; mais aussi d'autres organismes (PARIS21, l’INSEE, les Instituts de statistique, Afristat, IHSN, ODSEF, IPUMS-International, etc.). Le projet a bénéficié de financements de l'IRD, de l’Organisation internationale de la francophonie et de l'association "CESD – Statisticiens pour le développement".

 

Ouverture

IREDA se veut un projet ouvert puisque les métadonnées, placées sous une licence Creative Commons, sont exportables et réutilisables librement dans d’autres archives en utilisant les formats d’export proposés (format DDI ou Zotero).

 

Contact

Francis Gendreau : gendreau.francis117@free.fr Françoise Gubry : francoise.gubry@orange.fr

 

Février 2020

 


Overview of the IREDA project

 

Context

Nations have long felt the need to count their populations and although they have invested considerable sums of money for the purpose, they have unfortunately found it much less interesting to look after the results. Certain files or documents have become almost untraceable, even in their country of origin. Happily, the situation is now changing. Initiatives for saving and enhancing data collection operations were begun some years ago, thanks to a gradual and growing awareness of the concept of ‘demographic heritage’.

 

Objectives

IREDA is part of this dynamic with the objective of a documented inventory of demographic operations (population surveys and censuses) in Africa through a synthetic description and information on existing resources, in order to promote access to these metadata by researchers and to develop their use in a comparative perspective. Such a documented inventory is of interest both to data producers (enhancing the value of their work through easier access) and to users, especially researchers (facilitating their work by providing reliable and complete information).

It is a joint project between CEPED (Joint Research Unit University Paris Descartes - IRD) and the bureau Francis Gendreau Consultant. At CEPED, it was initiated and coordinated by Françoise Gubry. It was launched in 2008 and the site went online in February 2010.

 

Projet structure

IREDA is a database describing operations with their associated resources and an open OAI/PMH archive.

 

Temporal and geographical scopes of the IREDA inventory

This inventory starts from the end of the Second World War (since 1944, date of the first post-war census in Mauritius) and thus covers the statistical history of African countries. It ends on 31 December 2019. Operations are only included once they have been carried out in the field.

The geographical scope of the IREDA database is twenty-three countries, mainly French-speaking countries south of the Sahara, with 382 operations described : Benin, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Comoros, Congo, Congo (D.R.), Cote d'Ivoire, Djibouti, Equatorial Guinea, Gabon, Guinea, Madagascar, Mali, Mauritania, Mauritius, Niger, Rwanda, Senegal, Seychelles, Togo (https://ireda.ceped.org/inventaire/).

 

Selected operations The selected operations are censuses and demographic surveys:

  • For censuses, these are population (and possibly housing) censuses in the conventional sense. Included in the inventory are some censuses conducted in the field but subsequently ‘cancelled’ or discontinued, usually for political reasons. There are also some so-called ‘improved administrative censuses’, used in some countries before the first ‘statistical census’.
  • As far as surveys are concerned, the only ones included are household surveys providing demographic data in the traditional sense of demographic analysis (given state and/or movement data). Surveys concerning budget or household consumption, living conditions, labour, knowledge, attitudes and practises (KAP surveys) on contraception or AIDS are not therefore included, unless such surveys also provide demographic data. ‘Sample censuses’ are included.

In each of these countries, only national operations have been included, that is to say those concerning the entire territory and the whole population; however, some old localised operations (from the 1950s and 1960s) have been taken into account because of their historical interest (30 in total). In certain cases, this ‘national’ character is obtained after grouping together several regional operations; such cases are referred to as complex operations.

 

External resources

The resources of interest for the project include all the written or digital documents available from the pre- and post-collection phases designed by the producers of the data as well as by the researchers who used the data. Each demographic operation is accompanied by numerous online resources or which are digitized as far as possible. These resources concern official reports and technical documents (questionnaires, investigator's manuals, maps, coding manuals, database documentation, etc.), as well as research publications from the work of researchers or student theses. The focus is on resources from old operations, which are less well known and less accessible. The resources identified for the 23 countries described are 4,530, of which 3,050 are available in full text on the site.

 

Appraisal

IREDA differs from other existing inventories because it has a better completeness, especially for old operations and for surveys. On the other hand, IREDA does not manage microdata, but indicates links to the sites providing them. From its conception, IREDA was built as a project that should fit harmoniously among the initiatives taken in this field, and be complementary (insofar as it links to other sites), and not in competition with them. It uses standards (DDI for the description of operations, Dublin Core for the description of resources) making it compatible with most other projects, as well as being compatible with IHSN tools. From its inception, IREDA has collaborated with many partners, including population centres in French-speaking Africa (IFORD, Yaoundé; CEFORP, Cotonou; ENSEA, Abidjan; ISSP, Ouagadougou; URD, Lomé); but also other organizations (PARIS21, INSEE, Statistical Offices, Afristat, IHSN, ODSEF, IPUMS-International, etc.). The project received funding from IRD, the Organisation Internationale de la Francophonie and the association ‘CESD-Statisticiens pour le Dévelopment’.

 

Opening

IREDA aims to be an open project since the metadata, placed under a Creative Commons license, are freely exportable and reusable in other archives using the proposed export formats (DDI or Zotero format).

 

Contacts

Francis Gendreau : gendreau.francis117@free.fr Françoise Gubry : francoise.gubry@orange.fr

 

February 2020



CEPED - UMR Université de Paris - IRD, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris (France)
Tél. : +33 (0) 1 76 53 34 53 - Courriel : contact@ceped.org - http://www.ceped.org
acces admin